De nombreuses situations nécessitent de solliciter les acteurs du financement des entreprises : lancement de nouveaux business, réalisation d’une opération de croissance externe, investissement dans l’outil de production, …

La multiplicité des acteurs, la diversité des solutions, et la complexité de certains outils, peuvent rendre difficile et chronophage la démarche de recherche de financements … et donc justifier le recours à un conseil financier pour accompagner :

  • une augmentation de capital (souscrite par des fonds d’investissement et/ou des business angels)
  • une émission d’emprunt obligataire (convertible ou non)
  • une levée de dette(s) bancaire(s) (avec ou sans constitution d’un pool bancaire)
  • une restructuration complète du passif (du haut au bas de bilan)

Le financement de la croissance en fonds propres et/ou quasi-fonds propres implique souvent l’arrivée d’un nouvel associé, ainsi qu’une dilution (immédiate et/ou future) de la détention du capital par les actionnaires existants. Afin d’optimiser les chances de réalisation d’une telle opération, et d’en encadrer les conséquences, il est nécessaire de mener une démarche rigoureuse en plusieurs étapes :

  • rédaction de la documentation (Mémorandum d’Information présentant notamment la société, son marché, son positionnement, son projet, et les projections financières associées)
  • prise de contact avec les investisseurs potentiels
  • négociations de la valeur, du pacte d’associés, …, des outils de motivation du management (BSA, grille de non conversion, …)

Dans un certain nombre de situations, la mise en place de financements bancaires peut être particulièrement complexe :

  • besoin de financement élevé, nécessitant l’intervention conjointe de plusieurs banques,
  • engagements historiques significatifs, nécessitant une renégociation globale,
  • information financière insuffisante aux yeux des prêteurs, nécessitant la réalisation de due diligences préalables,

L’intervention d’un conseil financier permet de faciliter les échanges avec les banques, et donc de maximiser les chances d’obtention des financements, et d’en optimiser les conditions.